A travers toutes nos batailles pour défendre les bureaux dans nos communes : la question du retour au monopole public de la Poste n’est-elle pas posée ?

Publié le par schivardi

Communiqué de presse de Gérard Schivardi et Véronique Puig

 

Mailhac, le 23 janvier 2011

 

« A travers toutes nos batailles pour défendre les bureaux dans nos communes :

la question du retour au monopole public de la Poste n’est-elle posée ? »

 

 

Nous avons pris connaissance des articles parus dans les journaux le 14 janvier 2012, consacré au Comité de défense de la Poste. Candidats aux législatives, nous répondrons bien volontiers à toutes les demandes qui nous seront faites pour défendre les services publics dans l'Aude. Dont, bien sûr, la Poste. La moitié des points poste du département sont déjà des Agences Postales financées par les communes et le Conseil Général. Et la pression s'accentue sur les élus pour diminuer les horaires d'ouverture à tel ou tel endroit. Au plan national, 100.000 emplois ont été détruits en quelques années. C'est inadmissible. Aucune disparition de bureau de poste, aucune réduction de service, aucune réduction d'horaire, c'est sur cette base qu'il faut se rassembler, tout de suite.

 

D'où vient cette situation ? Le service public de la Poste a été attaqué par la transposition des trois directives postales européennes qui ont conduit à la privatisation, transposition décidée par les gouvernements successifs, de droite et de gauche. Lorsque, avec le comité Roquebrun de défense de la poste, nous nous étions rendus à l’Assemblée Nationale pour déposer un projet de loi rétablissant le monopole public de la poste afin de conserver nos bureaux de poste de plein exercice, nous avions rencontré les représentants des groupes PS et PC de l’Assemblée Nationale. Alors que plusieurs députés, dont le député du Nord Jean Jacques Candelier, nous avaient appuyés, ces responsables « socialistes » et « communistes » nous avaient répondu qu’il était impossible que l’Assemblée Nationale vote une loi en contradiction avec les directives de l’Union européenne et du traité de Maastricht qui impose la libre concurrence.

 

Nous nous adressons au député sortant, Jean-Claude Perez : comment se fait-il que vous n’ayez pas porté cette loi de sauvegarde de la Poste à l’Assemblée ? Serait-ce parce que, comme les autres dirigeants que nous avons rencontrés, vous considérez qu’on ne peut pas voter des lois en contradiction avec les directives européennes ? C'est une question fondamentale: si, pour satisfaire les besoins élémentaires de la population, il faut rompre avec ces directives et ces traités de l'Union européenne qui nous enferment, peut-on hésiter une seconde ?

 

Nous nous adressons à tous les élus, maires et conseillers municipaux, ainsi qu’à la population : nous sommes disponibles, sans aucun préalable, pour combattre avec vous, tout de suite, pour sauver les bureaux de postes dans vos communes, pour préserver les horaires d’ouverture de la Poste, comme vous le faites à Homps, à La Redorte, Azille, Pepieux, Douzens….

 

Mais nous estimons également, que, si l’unité peut être réalisée sans attendre, la question du rétablissement du monopole public de la Poste, donc de l’abrogation des directives européenne, doit être posée. Pour notre part c’est ce mandat que nous défendrons dans cette campagne, et, si nous sommes élus, à l'Assemblée Nationale.

 

 

 

 

Contact : Gérard Schivardi, 9 chemin de Pouzols, 11 120 Mailhac ;

Tel : 06 71 36 51 27. ; mail : schivardicampagne@yahoo.fr

Info : http://schivardi.over-blog.com

 

Publié dans communiqué

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article