Les maires portugais manifestent contre la fusion de 1500 communes au Portugal : ils ont raison !

Publié le par schivardi

COMMUNIQUE DE Gérard SCHIVARDI et Véronique PUIG Candidats du Parti Ouvrier Indépendant (POI) aux élections législatives dans la 1ère circonscription de l’Aude
Les maires portugais manifestent contre la fusion de 1500 communes au Portugal : ils ont raison !
 
 
Une dépêche nous apprend que plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi à Lisbonne pour protester contre la fusion de 1.000 à 1.500 communes, prévue dans le cadre d'une réforme du pouvoir local exigée par les créanciers du Portugal. Le même jour, des centaines de jeunes ont manifesté pour demander du travail.
Le gouvernement portugais a annoncé en septembre une vaste « réforme du pouvoir local » qui prévoit la réduction du nombre de communes, de nouvelles règles de gestion et une nouvelle loi électorale municipale.
Cette réforme territoriale à la portugaise fait partie du programme de rigueur et de réformes que le Portugal s'est engagé à mettre en oeuvre en échange du prêt de 78 milliards d'euros accordé en mai dernier par l'Union européenne et le Fonds Monétaire International.
Fusionner les communes, c’est les rayer de la carte purement et simplement. C’est la destruction de la démocratie.
Il est à peine besoin de commenter. Le processus que nous connaissons en France, qui vise à détruire la démocratie locale, à affaiblir, puis à faire disparaître l’édifice républicain, et, enfin, à priver le peuple de toute souveraineté, est  à l’œuvre, sous l’impulsion du FMI et de l’Union européenne, dans toute l’Europe.
Je m’adresse ici aux élus, aux maires, conseillers municipaux, qui peuvent parfois se sentir isolés face à toutes ces tentatives : la résistance est partout, elle s’exprime d’une façon ou d’une autre partout, dans tous les pays. Continuons dans la voie qui nous a conduit, dans l’Aude (mais également ailleurs),  à une première victoire contre le schéma départemental d’organisation territoriale.
C’est la voie de l’unité pour exiger l’abrogation de la réforme territoriale, afin de retrouver toutes nos compétences, défendre et reconquérir nos syndicats intercommunaux, afin que les communes ne soient pas sommées de disparaître dans des entités comme le Grand Narbonne. C’est la voie de la démocratie !
C’est aussi la voie de l’unité contre le nouveau Traité européen « Supermaastricht » qui, s’il était ratifié, nous enfoncerait encore plus dans la rigueur et l’austérité, quel que soit le résultat du vote aux prochaines élections.
En ce sens, si je regrette, avec tous les socialistes authentiques de l’Aude, l’abstention des responsables du PS face au MES (Mécanisme Européen de Stabilité) ou l’absence de Monsieur Pérez lors de ce vote pourtant crucial, l’unité doit se réaliser sans préalable ni condition dès maintenant pour bloquer le TSCG. C’est en ce sens que mon parti, le POI, est à l’initiative d’une pétition nationale qui a d’ores et déjà recueilli 20 000 signatures au niveau national, dont 150 habitants de l’Aude.

Publié dans communiqué

Commenter cet article