Lettre ouverte aux députés de l’Aude

Publié le par schivardi

Communiqué de Gérard Schivardi et Véronique Puig,
candidats POI aux élections législatives dans la première circonscription.


Mailhac, le 17/02/2012

Lettre ouverte aux députés de l’Aude


Messieurs les députés,

En Grèce, le peuple se soulève contre son Parlement d’union nationale aux ordres de l’Union européenne.

En France, le 21 février, le gouvernement soumet, en catimini, à l’Assemblée nationale un projet de loi de ratification du traité européen instituant un « Mécanisme Européen de Stabilité » (MES).

Ce traité se définit comme complémentaire à un deuxième traité qui doit être signé le 1er mars par les chefs d’Etats européens et ratifié par le Parlement après les élections. Ce deuxième traité oblige à inscrire dans la Constitution l’exigence de l’équilibre budgétaire (la « règle d’or »). Il prévoit des sanctions automatiques en cas de dépassement. Il oblige à réduire d’au moins 5 % par an la dette publique, soit, en France, 85 milliards d’euros (plus que le budget de l’Education nationale). Enfin, il oblige les Etats signataires à des contre-réformes soumises préalablement aux instances de Bruxelles.

Voter cette loi du MES le 21 février, ce serait le premier acte de l’acceptation de ce traité qui établit une véritable dictature de l’Union européenne. Voter cette loi, ce serait ouvrir la voie à un déferlement de mesures anti-ouvrières qui feraient basculer notre pays dans un chaos comparable à la Grèce aujourd’hui. Voter cette loi, ce serait ouvrir la voie à la destruction de toutes les conquêtes sociales, de la démocratie et de la souveraineté du pays.

Messieurs les députés,

Notre position est connue, nous sommes partisans de la rupture avec l’Union européenne. Ce n’est pas votre position. Mais, devant cette loi, peut-on hésiter une seconde ? Si vous votez oui ou si vous vous abstenez, vous allez faire basculer notre pays, à la suite de la Grèce, dans une voie qui mène au chaos. L’avenir de millions d’hommes est en jeu.

Messieurs les députés,



Vous devez voter contre ! Le 21 février, aucune voix pour cette loi !

Commenter cet article