Non au projet de nouveau traité européen !

Publié le par schivardi

Communiqué de Gérard Scivardi et des 3 autres secrétaires nationaux du POI

 

 

Non au projet de nouveau traité européen

 

Lors du Conseil européen du 30 janvier à Bruxelles, un projet de nouveau traité européen a été présenté. Il serait officialisé en mars 2012 par la signature des chefs de gouvernement et entrerait en vigueur dès que douze Etats l’auraient ratifié.

 

Les Etats membres devront ensuite soit l’inscrire dans leur Constitution soit le traduire dans un texte de loi. C’est toute la mécanique totalitaire de l’Union européenne qui, une fois de plus, se met en marche. Les sommets européens se succèdent. Ils enchaînent les plans d’aide aux banques et d’austérité pour les travailleurs, ainsi que les mesures coercitives contre les peuples et les nations.

Rien n’y fait. La crise du système capitaliste ouverte il y a trois ans se poursuit, l’activité économique ralentit, les licenciements tombent, les prix augmentent.

 

Ce projet de traité, initié par Sarkozy et Merkel, vise à imposer la « règle d’or » : l’équilibre budgétaire. Les politiques d’austérité seraient ainsi inscrites dans les Constitutions. En cas de dérapages, des « sanctions automatiques » et « immédiates » seraient appliquées visant les Etats membres dont le déficit dépasserait 3 % du produit intérieur brut (PIB), les gouvernements s’engageant à faire connaître à l’avance « toute réforme économique majeure ».

 

François Hollande vient de déclarer que s’il était élu il renégocierait ce traité. Or, dans le cadre de l’Union européenne, la renégociation d’un traité suppose l’accord des autres Etats membres et de la Commission européenne elle-même. Dans le cas même où la renégociation serait ouverte, dans quel sens devrait-elle selon lui se mener ? François Hollande a précisé : « Si les Français me choisissent, j’ai dit que nous respecterons nos engagements en matière de discipline budgétaire et je présenterai une loi de programmation de retour à l’équilibre des finances publiques » (RTL).

 

La règle d’or pouvant se traduire dans un texte de loi, elle est donc tout à fait compatible avec une loi de programmation de retour à l’équilibre !

Ce projet de traité complète et aggrave le traité de Lisbonne, lui-même rejeté par la majorité des français en 2005. Il doit être abandonné.

 

La politique de tous les gouvernements d’Europe est définie à l’avance. Ce projet de traité présenté à la veille de l’élection présidentielle indique que tant que sera respecté le cadre de l’Union européenne il n’y aura d’autre politique que celle des marchés financiers et des institutions qui mettent en œuvre leurs exigences.

Cela confirme le choix du POI de ne pas se présenter à l’élection présidentielle. Il invite les travailleurs et les jeunes, et les citoyens, à participer aux assemblées-débats qu’il organise dans tout le pays pour y débattre notamment des moyens à mettre en œuvre pour mettre en échec ce projet de nouveau traité.

 

Paris, le 6 février 2012

Claude Jenet, Jean Markun, Gérard Schivardi, Daniel Gluckstein,

secrétaires nationaux du POI

Commenter cet article